La langue de Zemmour…

Le monde de Zemmour est celui de la violence : « guerre », « mort », « ennemi », « peur » saturent ses textes. Lancé dans une « guerre culturelle » assumée, il utilise les mots comme des armes. Et d’abord contre la langue elle-même. Au-delà des termes et des thèses explicites, tirées d’un corpus d’extrême droite nationaliste, autoritaire et xénophobe ancien, Zemmour fait violence au langage même. Insidieusement, il sape notre bien commun et notre capacité à penser.

Cet essai dissèque pour la première fois ce que fait Zemmour à la langue. De sa plongée de quinze ans de livres et saillies médiatiques du polémiste, la sémiologue Cécile Alduy livre un constat glaçant, étayé par des données textuelles objectives et une analyse rhétorique minutieuse. Elle démonte les mécanismes de corruption du sens et d’exténuation de la langue auquel se livre le pamphlétaire. Rhétorique du miroir, brouillage conceptuel, ironie dévalorisante, distorsion narcissique, stylistique binaire, dramatisation gore fabriquent une France alternative et des concepts fake. La torsion des mots et de l’histoire y est la norme. L’obsession raciale omniprésente. L’abject et le grotesque des instruments destinés à engluer dans la révulsion viscérale et la jouissance sadique et abolir toute possibilité de réflexion. La langue, essorée de sa capacité à nous faire penser, écouter et débattre, devient instrument de perversion antidémocratique.

L’auteure Cécile Alduy est professeure à l’Université Standford et  chercheuse associée au CEVIPOF de Sciences Po.

Son livre est publié par les éditions Seuil collection Libelle.

Communiqué de presse de l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s