L’agriculture en Algérie…

Face à un avenir institutionnel des plus incertains, à la diminution irrémédiable de la rente pétrolière, aux importations massives  de biens de consommation, à un développement rapide de la population, à un chômage endémique, à la crise climatique dont les effets se font sentir de plus en plus, le pays se doit néanmoins de nourrir 45 millions de bouches.

Avec l’argent facile du pétrole et du gaz qui permettait aux caciques du pouvoir d’acheter la paix sociale et de faire rentrer au pays des produits « clef en main », l’agriculture semblait une activité mineure et le fellah ne bénéficiait pas d’une grande considération. Pourtant la terre de l’Afrique du Nord recèle des trésors. Le Maroc se place parmi les principaux producteurs maraîchers et les colons y bâtirent des fortunes. Aux riches plaines méditerranéennes et aux oasis, le désert grâce à une irrigation raisonnée peut offrir aussi des perspectives encourageantes.

Dans un livre publié par les éditions L’Harmattan, Djamel Belaïd ingénieur agronome nous décrit avec précision la situation actuelle de l’Algérie et propose des solutions pertinentes qui pourraient éviter au pays de graves difficultés alimentaires et permettre à une jeunesse de plus en plus tentée par la fuite mortifère vers l’inconnu, de vivre décemment et de s’épanouir…

Henri Cazales / Radio-Asso.

« L’agriculture en Algérie, ou comment nourrir 45 millions d’habitants en temps de crise » de Djamel Belaïd aux éditions L’Harmattan.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s