Ici on noya les Algériens…

Alors qu’on s’apprête à commémorer le soixantième anniversaire de l’assassinat massif des Algériens à Paris le 17 octobre 1961, les éditions Le passager clandestin viennent de republier le livre de Fabrice Riceputi consacré au combat de Jean-Luc Einaudi pour rendre justice aux nombreuses victimes de la barbarie policière au service du sinistre Maurice Papon, préfet de police à l’époque et poursuivi par la suite pour son implication dans la déportation des Juifs de la région bordelaise. Cette date et ces événements tragiques ont souvent été occulté par le massacre du métro Charonne quelques mois plus tard où neuf militants communistes trouvèrent la mort. S’il est hors de question de hiérarchiser les victimes de la répression, il n’en reste pas moins qu’il est grand temps de se souvenir de ces travailleurs algériens venus en famille et pacifiquement manifester contre le couvre-feu raciste qui leur avait été imposé. La longue et âpre bataille de Jean-Luc Einaudi pour la vérité historique de cette tragédie méritait bien une piqûre de rappel pour nos mémoires que je trouve un peu trop « résilientes »…

Henri Cazales / Radio-Asso.

« Ici on noya les Algériens. La bataille de Jean-Luc Einaudi pour la reconnaissance du massacre policier et raciste du 17 octobre 1961 » de Fabrice Riceputi précédé de « Une passion décoloniale » par Edwy Plenel avec une préface de l’historien Gilles Manceron.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s