Asturies 1934…

Quelques mois avant le soulévement populaire de juillet 1936en réaction au coup d’état franquiste, le nord ouest de l’Espagne, en particulier la province industrielle et minière des Asturies, se soulevait contre les mesures anti sociales décrétées par le gouvernement de la république aux mains des partis de droite. Face aux tergiversations, à l’incompétence, à la couardise parfois des apparatchiks politiques de gauche et des leaders syndicaux, le prolétariat s’organisa de façon autonome, toutes tendances confondues, et mena pendant deux semaines une lutte acharnée contre les forces de répressions étatiques et patronales largement plus nombreuses et mieux équipées. Néanmoins grâce à sa détermination, son courage et la dynamite abondante dans ces régions minières, la classe ouvrière infligea des pertes considérables à ses ennemis bourgeois et militaires et mit en place une nouvelle forme d’organisation sociale, de la prise en charge du quotidien jusqu’au communisme libertaire. Cette insurrection trop mal connue et qui s’acheva par une répression sans pitié annonça le mouvement révolutionnaire qui parcourut l’Espagne pendant trois ans et restera dans l’Histoire comparable à la Commune de Paris…

Henri Cazales / Radio-Asso.

« Asturies 1934, une révolution sans chefs » d’Ignacio Diaz aux éditions Smolny.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s