Personne ne parlera de nous lorsque nous serons morts…

Et cela serait bien regrettable car le parcours de vie de Rémo, Maria et leurs compagnes et compagnons, même s’il est issu de l’imagination de Gil Graff, l’auteure du roman, est représentatif du combat quotidien de ces êtres humains différents dans leur sexualité comme dans leurs choix de vie et leurs engagements.

L’histoire nous conduit en pays catalan, de l’avant guerre jusqu’au séisme du 22 avril 2002. Nous suivons l’avancée en âge de nos héros au travers de leurs amours, leurs espoirs et leurs déceptions. Nous traversons l’exode des républicains espagnols avec son cortège de souffrances et retrouvons dans le récit ces événements douloureux si souvent décrits par nos vieux copains anars qui n’ont jamais plié et toujours gardé entière la foi en un avenir fraternel.

Rappeler le passé, même sous forme romancée, peut être bien utile dans les périodes incertaines que nous vivons aujourd’hui…

Henri Cazales / Radio-Asso.

« Personne ne parlera de nous lorsque nous serons morts » de Gil Graff au Diable Vauvert collection Les Poches du Diable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s