Contraindre faute de pouvoir convaincre…

Le discours de notre président. hier soir qui se jouait cette fois-ci sur la partition autoritaire est, s’il en était encore besoin, une preuve de l’incompétence majeure de nos dirigeants à gérer la crise sanitaire, économique et sociale et leur incapacité à proposer une vision rationnelle de la situation. La stigmatisation d’une catégorie de nos concitoyens, les mauvais Français qui refusent la vaccination systématique, vise à les culpabiliser voire les ostraciser. Exclure, toujours exclure. Les mesures de rétorsion contre les soignants, ceux qu’on applaudissaient jadis, sont intolérables et doivent susciter la réprobation de l’ensemble des travailleurs car elles sont les prémices de ce qui nous attend à tous. Être vacciné doit rester un droit et non une obligation. Ce plier à ce diktat ouvrirait encore davantage la porte à ce monde orwellien que les pouvoirs cherchent à nous imposer. Les « vaccinés », et j’en suis, doivent à l’instar des militants qui jadis soutenaient les objecteurs de conscience contre l’armée et la militarisation de la société, se montrer solidaires de celles et ceux qui résistent et veulent conserver leur libre arbitre. Ils doivent les accompagner dans les démarches qui leur seraient impossibles et s’exprimer à chaque manifestation de crainte ou d’hostilité à leur égard. Je ne suis pas un anti-vaccin, j’ai trop souvent croisé dans mon enfance des copains tuberculeux ou atteints de polio, pour ne pas reconnaître la valeur de la prophylaxie mais j’avoue que face à cette épidémie, si je ne crains pas le produit injecté, j’éprouve de sérieux doutes sur son efficacité…

Le climat malsain dans lequel nous évoluons aujourd’hui, fait de menaces et de peurs n’est profitable qu’aux apprentis dictateurs, ces dirigeants prétendument « élus » par un pourcentage de votants si bas que, dans une véritable démocratie cela ne leur conférerait aucune légitimité, et qui cherchent à profiter de ce magma pour demeurer au pouvoir et accomplir la casse de notre système social au bénéfice d’une caste de privilégiés dont ils sont redevables.

La pandémie et son traitement des plus chaotiques, la crise climatique, les conflits meurtriers aux quatre coins de la planète, les délires mégalomaniaques des maîtres du monde doivent inquiéter au plus haut point les gens doués de raison.

A la roulette russe, il n’y a qu’une balle dans le barillet, mais il y en a une…

Henri Cazales / Radio-Asso.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s