L’empereur partit, les généraux restèrent…

Pendant longtemps après la fin de la grande boucherie, notre nombrilisme franchouillard  nous fit oublier que notre pays et notre peuple ne furent  pas les seuls à souffrir de cette guerre atroce et que de l’autre côté de la frontière, des êtres humains avaient enduré le même martyre. Il a fallu découvrir des romans comme :… Continuer de lire L’empereur partit, les généraux restèrent…