A mon fidèle Tescou, mon lit c’est ta vie





Le 8 décembre 2003 j’avais écris ces quelques lignes sur l’état du Tescou (rivière sapiacaine) texte qui devait être publié sur le journal de l’association du quartier de Sapiac mais qui a été censuré car quelques mots heurtés leurs petits esprits tordus. Nous sommes en 2021 soit 18 ans après rien a changé . Promenez-vous vers la cotre Torte et du haut du pont contemplez ce paysage désolant de cette rivière. En voici l’écrit

Dis moi garcounet, tu permets que je t’appelle ainsi.

 L’autre jour ! Je t’ai vu  m’observer, me scruter, j’ai vu dans tes yeux la tristesse, j’ai entendu ton cœur pleurait

Dis moi garcounet

Te souviens tu ?

De mes belles berges sablonneuses quand j’offrais mon sable fin  à ton père.

Mon eau qui accueillait et chatoyait si tendrement ton corps

Ses arbres majestueux qui donnaient  ombrage et quiétude

Tous ses animaux d’eau, ses oiseaux, ses poissons que tu venais taquiner

Toutes les aventures cocasses des pescaires

Les barques des Petit, Borges que je portais et ballottais au fil des remous

Vos cris d’enfants en guise de bonjour et de bonsoir,

Vos ricochets, que j’accompagnais d’une multitudes de ronds,

Vos douces rencontrent sous les arches de mon fidèle ami le pont

Ses maisonnettes, ses parcs, ses jardins, ses fleurs odorantes qui longeaient mon rivage

Te souviens tu de Gaston Bompard mon fidèle concierge

C’était le temps du respect .

Aujourd’hui garcounet regarde-moi !

La folie humaine me torture, me massacre

J’étouffe, je m’évapore, je n’ai plus d’eau dans mon lit

Décor apocalyptique, saleté, puanteur, délabrement, je ne suis plus rien, j’inspire que haine, rancœur, dégoût.

Que me reste t il  ?

Mon fiel, liquide agonisant que  je déverse régulièrement et qui répand, tristesse, misère, désolation.

Pourtant coule de mes blessures qu’amour

Dis moi garcounet

Peux dire s’il te plait à cette dame que l’on nomme Préfète qu’il y a en bas de chez elle un cours d’eau qui se nomme Tescou et qui aimerait aussi respirer, vivre.

Comme mon grand frère le Tarn, j’ai besoin d’être nettoyer, cajoler, de plaire

Dis leur que la  dignité n’est pas simplement humaine

Dis leur à ces gouvernants que si c’est exprès ce sont des salauds

Dis leur que s’ils ignorent c’est encore pire

Dis leur que ma beauté c’est leur beauté

Dis leur vite que mon eau c’est votre vie.

Serge Cariven 10/03/2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s